Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines

"Ces mutilations sont des atteintes graves à l’intégrité des filles et des femmes, à leur dignité, à leur sécurité et à leurs droits. Elles constituent un obstacle sérieux à l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes."

À l’occasion de la journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, la France appelle la communauté internationale à redoubler d’efforts pour mettre fin à ces pratiques. Ces mutilations sont des atteintes graves à l’intégrité des filles et des femmes, à leur dignité, à leur sécurité et à leurs droits. Elles constituent un obstacle sérieux à l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Fermement attachée à la défense des droits des filles et des femmes, la France a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes une priorité de son action diplomatique. La France a été le premier pays européen à pénaliser la pratique des mutilations génitales féminines et a poursuivi une action ferme et engagée dans la lutte contre ce fléau dans le cadre de la présidence du G7 et du Comité des ministres du Conseil de l’Europe en 2019. Elle apporte son soutien aux acteurs de la société civile et aux programmes de santé maternelle et infantile sur le terrain, tels que le Fonds français Muskoka et le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

La promotion des droits des femmes sera au cœur des enjeux du Forum Génération Égalité que la France accueillera en juillet prochain, à l’initiative d’ONU Femmes et en coprésidence avec le Mexique.

publié le 07/02/2020

haut de la page