Edito - novembre 2018

Le mot de la Consule générale

Cher-e-s compatriotes,
Cher-e-s ami-e-s,

Depuis le 15 octobre et jusqu’au 30 novembre, les usagers majeurs inscrits au Registre des Français établis hors de France sont invités à s’exprimer sur la qualité et l’efficacité des services consulaires (lien). Il s’agit là de la première enquête mondiale de mesure de votre satisfaction. Celle-ci porte notamment sur la qualité des services consulaires, la qualité de l’information et de l’accueil, la clarté de la réponse, etc. Les réponses sont anonymes et libres. Exprimez-vous car votre avis nous importe !

Cette enquête participe de la réforme en cours de la mission consulaire et, au-delà, des services publics français qui vous accueillent au quotidien. Ces réformes ont été au cœur du Comité interministériel de la transformation publique du 29 octobre, au cours duquel le Premier ministre a détaillé sa stratégie pour la modernisation de l’Etat.

Il s’agit d’accélérer la transformation numérique avec l’ambition d’un accès en ligne de 100% à l’horizon 2022, pour des démarches plus simples et plus accessibles. D’ici 2020, tous les services de l’Etat en relation avec les usagers vous rendront compte de la qualité de leurs services en affichant clairement leurs résultats.
En ce qui concerne le consulat général de Johannesburg, les résultats seront publiés dans les murs et sur le site internet dès décembre 2018. Ils reflèteront à la fois votre satisfaction, c’est-à-dire la qualité de service perçue par l’usager et notre performance, c’est-à-dire la qualité de service rendue par l’administration.

Les possibilités offertes par le numérique, ainsi que j’ai eu l’occasion de le souligner à maintes reprises lors d’un échange direct avec vous ou au cours de différentes assemblées, doivent être bien vues comme une simplification et certainement pas comme un éloignement. La publication des résultats ouvrira une nouvelle forme de dialogue avec vous basée sur des données concrètes, spécifiques et vérifiables par tous.

Par ailleurs mais dans une même dynamique, sachez que depuis la publication au journal officiel le 11 août dernier de la loi « Pour un Etat au service d’une société de confiance », le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) expérimente la dématérialisation de l’état civil. L’objectif étant la dématérialisation totale de l’établissement, de la conservation, de la gestion et de la délivrance de l’état civil. Nous n’y sommes pas encore et le consulat général continue de vous recevoir, d’établir les actes, de vous conseiller s’agissant de l’interprétation de la loi locale …

J’évoquais le mois passé, le rapport de Mme Anne Genetet, députée de la 11e circonscription des Français établis hors de France, sur la mobilité internationale des Français. Celui-ci reprend une proposition du MEAE : la création d’un centre d’appel unique accessible 24/24, et centralisant la réponse aux questions du public. Cette mesure, en cours d’élaboration, une fois mise en place, améliorera encore la réponse aux Français éloignés du territoire national. Le dialogue est privilégié et accompagne la dématérialisation de l’action consulaire : être plus accessible pour être plus efficace.

Le 7 novembre, se tiendra le conseil consulaire du second semestre que je présiderai, avec la participation de vos conseillers consulaires. Les bourses scolaires seront à l’ordre du jour. Après examen avec la proviseure du Lycée français et les représentants du conseil d’administration de l’établissement, les avis seront transmis à la Commission Nationale des bourses qui se réunira à Paris pour décision, les 12 et 13 décembre. Les personnes intéressées parmi vous seront informées les jours qui suivront par le consulat général.

Enfin, mobilisons-nous le 11 novembre, pour la célébration du centenaire de l’Armistice de la Grande Guerre, encore vive dans les esprits de chacune et chacun d’entre nous, à Pretoria et Johannesburg aux côtés des autorités sud-africaines.

A très bientôt,
Sonia Doña Pérez

publié le 08/11/2018

haut de la page