Connaissez-vous notre domaine national français à Sainte-Hélène ?

Le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères est propriétaire, sur l’île britannique de Sainte-Hélène, de trois domaines français à l’étranger, qu’il gère et administre. Ces trois lieux sont ceux où Napoléon 1er fut détenu (1815-1821) puis inhumé (1821-1840). Découvrez cette propriété française originale à l’étranger, mise en valeur depuis peu à travers un nouveau site internet : [https://ste-helene.domaine-national.fr]

Les trois domaines :
Les trois possessions du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères sont les suivantes, et sont ouvertes aux visites du public :

-  Le pavillon des Briars, premier lieu de résidence de Napoléon à Sainte-Hélène d’octobre à décembre 1815. Lorsqu’il y séjourna, cet édifice ne comprenait qu’une pièce et un grenier. Après 1815, cette maison devint le lieu de résidence des amiraux anglais chargés de la surveillance de l’ancien empereur. Ils y ajoutèrent une aile et des dépendances. La pièce occupée par Napoléon a pu être réaménagée à l’identique, grâce aux Mémoires des domestiques.
-  La maison de Longwood, principal lieu de résidence de Napoléon, de décembre 1815 à mai 1821. Cette maison était l’ancienne résidence d’été du lieutenant-gouverneur Skelton. Rénovée et agrandie grâce aux charpentiers du Northumberland et aux soldats de la garnison, elle est constituée de bâtiments disparates reliés entre eux. A l’arrivée de Napoléon, elle était équipée sommairement de tapis et de meubles achetés sur l’île. Le jardin, quant à lui, était inhospitalier. Les valets, Marchand et Ali, et l’intendant, Cipriani, parvinrent à améliorer quelque peu le confort intérieur. Le gouvernement britannique expédia également du mobilier supplémentaire depuis la Grande-Bretagne. Napoléon dessina lui-même les jardins, dans un aménagement que l’on peut encore aujourd’hui observer.
-  La vallée de la Tombe, où Napoléon fut inhumé de 1821 à 1840.

Des domaines français depuis 1857.

La maison de Longwood et la vallée de la Tombe sont devenus des domaines français en 1857. Louis-Napoléon Bonaparte, dès son élection à la présidence de la République, avait été alerté de l’absence d’entretien de la maison de Longwood et de la vallée du Tombeau. Les tractations avec l’Angleterre pour permettre l’achat de ces deux domaines furent longues et complexes. Le pavillon des Briars fut donné à la France par une arrière-petite-nièce de son propriétaire originel, William Balcombe, en 1959. A l’avènement de la IIIe République, la question du statut du domaine fut posée, l’acte de vente ayant été rédigé en faveur de « l’Empereur des Français et (…) ses héritiers ». Après plusieurs mois de négociations avec la Couronne britannique, le gouvernement français en restait propriétaire, et les lieux se voyaient confiés à un administrateur, aujourd’hui sous la tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Depuis 1858, un représentant français vit sur l’île en permanence pour administrer ces propriétés. Aujourd’hui, et depuis 1987, il s’agit de Michel Dancoisne-Martineau, qui exerce également la fonction de consul honoraire sur place.

Une administration originale, à travers une fondation associant le MEAE, le gouvernement de Sainte-Hélène et la fondation Napoléon

En octobre 2015, une fondation, « la Saint Helena Napoléonic Heritage Ltd » fut créée par le MEAE, le Gouvernement de Sainte-Hélène et la Fondation Napoléon afin de permettre de préserver les domaines napoléoniens à Sainte-Hélène. Il s’agit d’une société à but non lucratif de droit local, qui assure la gestion immobilière et immatérielle des Domaines nationaux. Elle a principalement en charge le fonctionnement courant des Domaines, avec comme objectif de réduire progressivement les charges de l’État français et de maintenir un haut niveau de qualité de l’entretien et des prestations.

L’aide financière de l’État sera progressivement réduite jusqu’à ce que les ressources propres de la société couvrent les besoins courants et les petits investissements. Les Domaines et les œuvres du musée de Longwood restent propriété de l’État français.

2019 et 2021, années de commémorations

Depuis octobre 2017, pour la première fois, l’île de Sainte-Hélène peut être reliée par un vol commercial hebdomadaire depuis l’Afrique du Sud. Cette nouvelle liaison aérienne devrait permettre un développement du tourisme sur l’île.

Deux occasions en particulier se prêtent prochainement à des célébrations : en août 2019, pour les 250 ans de la naissance de Napoléon, et surtout 2021, pour les 200 ans de sa mort à Sainte-Hélène, commémoration qui attirera probablement de nombreux touristes sur l’île.

Vous pouvez retrouver toutes les informations sur le domaine national de Sainte-Hélène et la façon de s’y rendre et d’y séjourner sur le site : [https://ste-helene.domaine-national.fr]

Découvrez également de nombreuses actualités et informations insolites sur la nouvelle page Facebook du domaine : https://www.facebook.com/DomNatFr.SainteHelene

Il existe également d’autres domaines nationaux français à l’étranger sous la tutelle du MEAE :

- les domaines nationaux français en terre sainte, administrés par le consulat général à Jérusalem (informations : [https://jerusalem.consulfrance.org/-Domaines-nationaux-])

- les pieux établissements à Rome et à Lorette, sous la tutelle de l’ambassade de France auprès du Saint-Siège (informations : [https://va.ambafrance.org/Les-Pieux-Etablissements-art-et]).

publié le 04/04/2019

haut de la page