Cérémonie de commémoration de l’Holocauste

Le 27 janvier 2019, la consule générale, Madame Sonia Doña Pérez, a participé à la cérémonie de commémoration de l’Holocauste, organisée au Johannesburg Holocaust & Genocide Center, par celui-ci et le service culturel de l’ambassade de France à Pretoria. Le texte de l’allocution de la consule générale :

PDF - 190.4 ko
Intervention de la consule générale
(PDF - 190.4 ko)

JPEG

Ce 27 janvier marque l’entrée dans l’année des quatre-vingt-ans du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Lors de la cérémonie, des bougies du souvenir ont été allumées par des survivants de l’Holocauste. Environ 200 personnes étaient présentes.

Le directeur du centre d’information des Nations Unies de Pretoria, M. Masimba Tafirenyika, s’est exprimé en introduction d’un message en vidéo-diffusion du Secrétaire général António Guterres. L’ambassadeur d’Allemagne en Afrique du Sud, M. Martin Schaefer a également pris la parole.

L’historienne française Renée Poznanski, docteur en sciences politiques (Science Po Paris), spécialiste de la Shoah, s’est exprimée sur le thème suivant « Les Juifs de France, 1940-1945 ».

JPEG

Johannesburg Holocaust & Genocide Center (JH&GC)
Etabli en 2008 sous l’impulsion de Tali NATES, elle-même fille d’un rescapé de la Shoah, le JH&GC s’installe dans un bâtiment dessiné par l’architecte Lewis LEVIN dans le quartier de Forest Hill, à Johannesburg. Son architecture mêlant les briques et les rails évoque le processus concentrationnaire, tandis qu’un cheminement de pierres blanches rappelle le génocide rwandais de 1994. Construit grâce à des donations et en partenariat avec la Mairie de Johannesburg, le centre abrite une salle de conférence de deux cents places et une bibliothèque ainsi des espaces d’expositions permanentes et temporaires.

Le JH&GC se consacre à trois missions :
-  le devoir de mémoire, relatifs aux crimes contre l’humanité, en particulier l’extermination des Juifs et des Tsiganes d’Europe et le génocide rwandais, mais également le génocide des Hereros et des Namas, le génocide des Arméniens ;
-  l’éducation, en mettant en place des programmes destinés aux collégiens et lycéens, dans le cadre de l’étude du génocide nazi et du génocide rwandais qui figure au programme scolaire ;
-  la promotion des droits humains fondamentaux, au travers notamment l’étude et la prévention de la violence domestique, scolaire et dans la société sud-africaine en général.

Plus d’informations sur le Johannesburg Holocaust & Genocide center : https://jhbholocaust.co.za/

publié le 31/01/2019

haut de la page